Conférence-rencontre jeudi 03 mai – « La grotte Chauvet, de l’archéologie au public »

Affiche conférence St Vincent Barrès 3 mai

Nous revenons vers vous ! Entre 2009 et 2015, nous avons arpenté l’Ardèche (et parfois au-delà!) pour expliquer le projet grotte Chauvet (Unesco et Caverne du Pont d’Arc). Désormais, nous sommes en mesure de présenter et expliquer les premiers résultats pour notre territoire.

Le jeudi 03 mai à 20h30 notre équipe présentera la Réplique de la grotte Chauvet (histoire et construction) et les effets induits pour le territoire en termes patrimoniaux, touristiques et économiques.

Rendez-vous au Foyer rural de Saint-Vincent-de-Barrès, dans dans le centre du village.

Venez nombreux ! L’entrée est libre.

Grotte Chauvet, que disent les charbons de bois ?

Les dessins réalisés par les artistes aurignaciens sont d'une beauté et d'une maîtrise artistique exceptionnelles © Fritz-Tosello - Centre national de la préhistoire

Les plus anciennes traces de feu attribuées à l’Homme sont datées d’il y a environ 400 000 ans. Des milliers d’années plus tard, 40 000 ans avant notre ère, Homo sapiens maîtrisant désormais cet élément, alla visiter les grottes saisonnièrement. Il laissa alors derrière lui les traces de son passage : les peintures rupestres. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, la grotte Chauvet est le témoin immuable des premiers instants de l’art pariétal.

Une étude impliquant plusieurs chercheur.e.s du CNRS, dont des équipes toulousaines du laboratoire TRACES – Travaux de recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés et de la Maison des sciences de l’Homme et de la société de Toulouse, s’intéresse aujourd’hui aux charbons de bois laissés par les Hommes de l’Aurignacien (37 000 – 33 500 av. notre ère) et du Gravettien (31 000 – 28 000 av. notre ère) qui fréquentèrent le site Chauvet-Pont d’Arc.

Sur les 171 échantillons étudiés par les scientifiques, tous sauf un sont issus de pins. La présence de ces conifères témoigne d’un climat froid et sec mais également d’un paysage steppique rythmé par des bosquets de pin, de bouleau ou de genévrier. Le pin permettait de générer de grandes flammes à la faveur desquelles les artistes de la Préhistoire purent peindre sur les parois alors éclairées de la grotte. Parmi les foyers identifiés dans la grotte, une partie était dévolue uniquement à la production de charbon de pin dont ils se servirent pour la réalisation des fresques.

Cet article a été publié le 25 avril 2018 dans Antiquity.

Source : Délégation régionale du CNRS – Midi-Pyrénées
Photo © Fritz-Tosello – Centre national de la préhistoire

La Caverne du Pont d’Arc a 3 ans !

Les visiteurs devant la grande fresque des lions des cavernes en chasse © Patrick Aventurier

Ce 25 avril 2018, la Caverne du Pont d’Arc fête son troisième anniversaire ! Depuis son ouverture il y a 3 ans, les résultats* de la Caverne ont dépassé les objectifs fixés :

– Près d’1,5 millions de personnes ont visité la réplique de la grotte Chauvet, la Galerie de l’Aurignacien, le site et ses animations.

– 150 000 personnes découvrent chaque année l’Ardèche grâce à la Caverne (primo-visiteurs) et 160 000 personnes supplémentaires la redécouvrent (qui reviennent en Ardèche après plus de 5 ans).

– 120 000 enfants sont reçus chaque année à la Caverne, dont près de 30 000 scolaires qui bénéficient d’ateliers d’animations.

– La visite de la Caverne a été l’élément déclencheur d’un séjour en Ardèche pour 18% des visiteurs du site, soit plus de 270 000 personnes.

– L’apport net de ces nouvelles clientèles en séjour : près d’1,5 millions de nuitées, soit environ 80 millions € de retombées nettes pour l’hôtellerie ardéchoise en 3 ans.

– La fréquentation des sites patrimoniaux et culturels d’Ardèche a augmenté : 90% des touristes accueillis en Ardèche en 2016 ont visité un site culturel contre seulement 70% en 2005.

Une superbe réussite qui en appelle d’autres !

*Ces données ont été collectées en lien avec les représentants et institutions du monde économique et touristique et dans le cadre de la réalisation du bilan du Plan de gestion UNESCO de la grotte Chauvet-Pont-d’Arc.

La Combe d’Arc se dévoile, venez nombreux le 25 avril !

Capture

Le programme de mise en valeur de la Combe d’Arc débuté en 2015 va se poursuivre jusqu’en 2020. Il devrait permettre qu’à terme la Combe d’Arc – qui est dans le périmètre UNESCO de la Grotte Chauvet – soit reconnu « Grand site de France ».

Pour découvrir l’avancée des travaux, en comprendre la teneur et l’évolution, les partenaires du projet vous proposent une rencontre annuelle à partir de cette année.

Rendez-vous ce mercredi 25 avril au Pont d’Arc entre 16 h 30 et 20 h.
VENEZ NOMBREUX !!!

Carole Fritz, nouvelle directrice scientifique de la grotte Chauvet

Carole Fritz 2

Chargée de recherche au CNRS au Centre de Recherche et d’Étude pour l’Art Préhistorique (CREAP Emile Cartailhac) à Toulouse, Carole Fritz a été officiellement nommée, par le Ministère de la Culture, Directrice des recherches scientifiques de l’opération archéologique nationale sur la grotte Chauvet-Pont d’Arc. Elle succède ainsi à Jean-Michel Geneste, qui dirigeait les recherches sur la cavité ornée ardéchoise depuis 2002.

Membre de l’équipe scientifique depuis sa création en 1998, Carole Fritz intervient sur les recherches en art pariétal, notamment grâce à l’utilisation de la photogrammétrie. Sa recherche s’inscrit dans le cadre théorique général de l’étude de la pensée symbolique chez Homo sapiens sapiens, plus particulièrement dans le vaste domaine de réflexion que constitue l’art paléolithique (mobilier et pariétal). L’objectif est de comprendre les modalités de mise en place des représentations symboliques, dès les prémices de l’Aurignacien, et d’étudier leur continuité tout au long du Paléolithique supérieur.

Grâce à l’étude des techniques artistiques et la reconstitution des comportements de l’individu et du groupe autour de l’acte créatif, elle tente de comprendre les liens étroits qui existaient entre l’artiste, son œuvre et le groupe mais aussi entre les différents groupes qui occupaient ces mêmes espaces géographiques et culturels.

Sa dernière publication, « L’art de la Préhistoire » chez Citadelles et Mazenod, est une synthèse abondamment illustrée de l’ensemble des connaissances actuelles sur l’art préhistorique, de l’Europe à l’Australie en passant par l’Asie, l’Afrique et les Amériques, dans laquelle elle livre de nouvelles clés de compréhension sur les sources, la matérialité et le sens de la création artistique.

Un accord signé avec les inventeurs de la Grotte Chauvet

Signature accord inventeurs

Le Syndicat mixte de l’espace de restitution de la grotte Chauvet, présidé par Pascal Terrasse, a signé ce vendredi 26 janvier 2018 un accord avec les inventeurs, Jean-Marie Chauvet, Eliette Brunel et Christian Hillaire, en présence d’Isabelle Massebeuf, conseillère régionale et de Laurent Ughetto, Président du Département de l’Ardèche.

Cette démarche constructive va permettre d’envisager des projets communs avec les inventeurs en les associant notamment à la médiation culturelle de la grotte Chauvet et de sa réplique, la Caverne du Pont d’Arc.

Le Département de l’Ardèche et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, associés au sein du Syndicat mixte, démontrent ainsi leur ambition pour l’aboutissement et la réussite de ce grand projet qui contribue au rayonnement de l’Ardèche.

Philippe Durand, lauréat de la 2ème édition du Concours photo de la Grotte Chauvet

Pont d'Arc Gare du Nord - R. Dallaporta

Après le succès de la 1ère édition remportée par Raphaël Dallaporta avec son projet « Chauvet-Pont d’Arc, L’inappropriable », le concours de photo était placé cette année sous le signe de la jeunesse, avec pour vocation de distinguer un projet artistique et pédagogique qui s’adresse au plus grand nombre.

Présidé par Luc Ferry, le jury du concours de photographie a sélectionné le projet du photographe Philippe Durand, qui approche la Grotte Chauvet « à la fois comme un proto-musée et comme un lieu magique, chamanique. »

En passant de trois objectifs en argentique à onze, le système original de relief lenticulaire que l’artiste souhaite mettre en œuvre constituera une expérience à la fois primitive et innovante, qui ne manquera pas de toucher le plus grand nombre et particulièrement la jeunesse.

En tant que lauréat de l’édition 2017, Philippe Durand aura l’opportunité exceptionnelle de pénétrer dans la grotte originale pour y mener un reportage photographique, dans un objectif pédagogique !

Né en 1963 et enseignant à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon, Philippe Durand a notamment exposé aux Rencontres d’Arles en 2007, au Hyde Park Art Center de Chicago en 2011, mais a aussi publié des écrits comme « La Vallée des Merveilles 2 » aux éditions GwinZegal avec le soutien du CNAP, « Cave Canem » aux éditions MAC/VAL (2010), ou encore « A propos, Denise… » aux éditions Villa Arson (2000).

Organisé à l’initiative de l’Association pour la Mise en Valeur de la grotte ornée du Pont-d’Arc, dite grotte Chauvet avec le parrainage du ministère de la Culture, en partenariat avec la DRAC Auvergne Rhône-Alpes et le Syndicat Mixte de la Caverne du Pont-d’Arc, et en lien avec la conservation de la Grotte, le concours a pour objectif de permettre au plus grand nombre d’accéder à ce trésor inestimable réalisé il y a plus de 36 000 ans et réunissant plus de 450 peintures d’animaux dans un environnement remarquablement protégé, à travers le regard d’un artiste.

Préhistoire et numérique : signature d’un partenariat entre le SYCPA et Imaginove

Signature convention Imaginove-Sycpa 3

Pascal Terrasse, Président du Syndicat mixte de la Caverne du Pont d’Arc et David Gal-Régniez, Directeur du pôle de compétitivité Imaginove, ont signé vendredi 17 novembre une convention de partenariat à l’Hôtel du Département de l’Ardèche, en présence de son Président, Laurent Ughetto, et des Conseillers régionaux et Vice-Présidents du Syndicat mixte de la Caverne du Pont d’Arc (SYCPA), Isabelle Massebeuf et François Jacquart.

L’objectif de cette convention est de permettre la réalisation de projets innovants qui allient les technologies numériques et les patrimoines naturels et culturels. Parmi ces projets, celui d’une exposition internationale itinérante sur la Grotte Chauvet, qui s’appuiera notamment sur les technologies numériques les plus récentes !

Avec son réseau d’entreprises, de laboratoires de recherche, et d’établissements d’enseignement supérieur spécialisés dans les contenus et les usages numériques en Auvergne Rhône-Alpes, le pôle de compétitivité Imaginove est un partenaire clef pour la construction de ce projet.

Un partenariat renforcé avec le Ministère et le monde de la culture

Laurent Ughetto - Raphaël Dallaporta 2

Dans le cadre des projets liés à la Grotte Chauvet et aux technologies numériques, Laurent Ughetto, Président du Département de l’Ardèche, a rencontré les services du Ministère de la Culture, en compagnie de Pascal Terrasse, Président du Syndicat mixte de la Caverne du Pont-d’Arc.

L’occasion pour le Président du Département de l’Ardèche de souligner la force du partenariat établi de longue date avec le Ministère de la Culture et de rappeler que de nouveaux projets vont voir le jour, notamment une exposition itinérante internationale consacrée à la Grotte Chauvet.

Pour Laurent Ughetto, « cette exposition va permettre de faire connaître au monde entier le merveilleux patrimoine de la Grotte Chauvet et de mettre en valeur le département de l’Ardèche ».

En parallèle, le Président du Département de l’Ardèche a également pu découvrir les réalisations de Raphaël Dallaporta, lauréat de la 1ère édition du Concours de photographie de la Grotte Chauvet, qui ont été présentées au Festival international « Kyotographie » au Japon, et sur les murs de la Gare du Nord à Paris.

Et Laurent Ughetto de conclure, « les outils numériques actuels permettent de sublimer l’art, et le travail de Raphaël Dallaporta sur la Grotte Chauvet restitue très bien, en ce sens, les émotions procurées par les premières images de l’humanité ! »

Échange d’expériences : une délégation de Chamonix en visite à la Caverne

IMG_0389

Une délégation menée par le Maire de Chamonix Mont Blanc, Eric Fournier, a visité le 27 octobre dernier  la Caverne du Pont d’Arc. L’objectif de cette visite et de cette rencontre : échanger autour des méthodes de valorisation touristique, culturelle et pédagogique des deux sites, et partager les expériences, notamment dans la conception et la gestion des centres d’interprétation du Montenvers et de la Galerie de l’Aurignacien.

En effet, dans le cadre de travaux de rénovation du site du Montenvers, Chamonix Mont Blanc porte un projet de création d’un centre d’interprétation des glaciers et du climat et souhaitait comprendre et appréhender la démarche scientifique, culturelle et pédagogique de la Galerie de l’Aurignacien, centre d’interprétation de la grotte Chauvet Pont d’Arc, de la préhistoire en Ardèche et de l’art pariétal.